Choeurs de l'armée rouge Alexandrov, l'ensemble académique russe à l'origine de sa création

Biographie des Choeurs de l'Armée Rouge

Ce choeur qui fait battre le nôtre...

Les Chœurs de l'Armée Rouge, symbole de la Russie, furent fondés en 1928 par Alexandre Alexandrov


Leur but premier, soutenir le moral des troupes, les combattants d'Extrême-Orient. Ce chœur d'hommes, tous des soldats de la révolution, avaient un rôle essentiel à tenir. Il devait exalter l'idéal révolutionnaire, l'esprit d'Octobre. Leurs voix allaient aider le tout jeune peuple soviétique à écrire les nouvelles pages de l'histoire. 


Dans leurs voix, on sentait déjà les lendemains qui chantent. 

À leur programme, chants militaires, révolutionnaires ainsi que les œuvres de leur directeur et mentor Alexandre Alexandrov. 


En 1928, ils étaient douze, treize en comptant leur chef. Puis, peu à peu, musiciens et danseurs intégrèrent le groupe. Aujourd'hui, la troupe est riche de 400 membres ! 


Le rôle d'Alexandre Alexandrov fut si important et ses œuvres si appréciées qu'on lui confia une mission extrêmement périlleuse : écrire l'hymne soviétique. Le drapeau rouge sonore de la dictature du prolétariat, de la démocratie populaire et du centralisme démocratique. 


En les écoutant le chœur de ces hommes, de ces soldats, tout un chacun pouvait revivre la prise du Palais d'Hiver, la révolte des marins du Potemkine. Ils étaient la voix de la toute nouvelle URSS. La voix des Soviets.

La révolution terminée, le nouvel ordre installé, les chœurs de l'armée rouge voient leur mission évoluer. Ils partent en  tournée à travers le monde. 


En 1937, lors de l'Exposition Universelle de Paris, ils remportent leur premier grand succès. Après le concert d'ouverture, ils devinrent la coqueluche du Tout-Paris artistique de l'époque.

Mais, c'est lors de la seconde guerre mondiale que le rôle des Chœurs fut le plus déterminant.


En 1946, Le colonel Boris Alexandrov remplace son père (mort dans la prise de Berlin aux nazis). Il sera bientôt nommé général. Le général d'un corps d'élite très spécial. Un corps d'élite dont l'armée rouge ne saurait se passer en ces temps plus que difficiles. Le front est enfoncé. L'ennemi avance toujours plus vite. Il faut résister. Il faut une arme plus forte que les balles et les obus. Il faut du rêve, de la joie, et de la musique pour faire oublier le bruit sourd des déflagrations.

Alors, les voix des Chœurs de l'armée rouge agissent comme des boucliers contre les hordes nazies. Leurs voix font oublier l'avancée inéluctable des Panzers. En les écoutant, les soldats reprennent confiance. Un sourire, peu à peu, éclaire leurs visages. L'ardeur et le courage de se battre, de vaincre emplit à nouveau leurs cœurs. Leurs corps retrouvent force et rage de vaincre. La peur s'est estompée pour laisser place au courage et au désir de liberté.


Pour arriver à ce résultat, Boris Alexandrov a dû choisir avec le plus grand soin les membres de ses chœurs. Pour lui, cette mission étaient des plus importantes. Il devait former un bataillon d'élite. Chaque membre de ce Chœur a suivi une formation complète du conservatoire de Moscou, un des meilleurs au monde. 


Les chœurs s'imposent rapidement comme l'élite de l'élite. Ils le prouvèrent sur tous les champs de bataille. Après les combats, les accordéons et les balalaïkas sortaient de leurs housses, et leurs voix s'élevaient faisant oublier les camarades tombés. Oublier, les flots de sang. Il ne restait plus que cet instant magique : Un groupe d'homme devant un feu de camp. Des voix qui menaient les soldats loin de la boue, du sang, des cris de douleurs et les râles de blessés. Gagnés par la musique, les soldats se mettaient à danser. Toutes les horreurs étaient oubliées pour quelques instants. Une éternité.

Le lendemain, ces soldats seraient à nouveau près à affronter l'ennemi. En un face à face mortel. Une fois de plus, ils remonteraient à l'assaut. Avec ardeur. 

Une fois de plus, les chœurs de l'armée rouge avaient rempli leur rôle.

Après Yalta, après la défaite allemande, ce groupe de voix magnifiques voit sa mission se transformer de nouveau.

C'est la guerre froide. Il faut exporter les valeurs de la révolution hors des frontières du bloc de l'Est. Et qui, mieux que les chœurs de l'armée rouge, pouvait le faire ? 

Ils ne devaient plus seulement chanter les gloires du réalisme prolétarien, mais opérer la jonction avec la Russie éternelle. Insuffler un nouveau patriotisme à tout un chacun. Pour cela, ils puisèrent dans le répertoire folklorique de la grande Russie. Le succès des Chœurs s'intensifia encore. 

En URSS, ils étaient des Super Stars. Et le reste du monde les considérait comme tels. Pour les voir, il fallait réserver plusieurs semaines, voire plusieurs mois à l'avance !

Dorénavant, leur mission serait explicitement politique et diplomatique. Les Chœurs de l'Armée Rouge n'étaient pas que les représentants de l'armée populaire, mais celui d'un peuple uni et d'une politique. 


À Paris, pendant trois mois durant, ils remplirent le Palais des Sports. Tous leurs concerts à guichets fermés !

Pourtant, l'organisation de leurs tournées est toujours des plus difficiles. Impossible d'emmener, les 400 membres. C'est donc un effectif réduit (de 70 à 130 personnes) qui va tourner à travers le monde. Et, pour l'organisateur, la logistique tourne au cauchemar : Organiser les transports, réserver les chambres d'hôtels, distribuer les loges, éviter de froisser les susceptibilités et maintenir l'harmonie du groupe est un vrai casse-tête. 

Malgré tout, à chaque fois, la magie opère. 

Sanglés dans leurs uniformes, ils conquièrent les cœurs. Leur répertoire s'est encore élargi. Dorénavant, ils n'hésitent pas à reprendre les plus belles œuvres de la musique sacrée. La qualité vocale exceptionnelle de leur ensemble leur permet d'aborder tous les styles. Rien ne leur résiste. Ils sont l'harmonie incarnée.


Cette liberté nouvelle leur ouvre de nouveaux espaces. Sous la direction de Victor Féodorov, Ils consacrent un album aux grands chœurs classiques. Produit à Moscou par un producteur français (Thierry WOLF - FGL PRODUCTIONS) Il se vend à plus de cent cinquante mille exemplaires, en quelques jours !


En 1978, les chœurs de l'armée rouge changent de nom. Ils deviennent l'Ensemble Académique des Chœurs de l'Armée Rouge d'Alexandrov. Plus qu'un hommage à leur fondateur, c'est, pour toute la troupe, une consécration. Pourtant, pour le public du monde entier, ils restent les Chœurs de l'Armée Rouge.

Les Chœurs de l'Armée Rouge résistent à toutes les péripéties de l'histoire.

Le mur de Berlin s'écroule, l'Union soviétique se désagrègent, mais les Chœurs restent. Et leur aura est toujours intacte. Leurs albums se vendent de plus en plus, jour après jour.

Mieux encore, à Helsinki, ils interprètent "Just a gigolo" accompagné du groupe finnois le plus déjanté du moment les "Leningrad Cow-boy". Succès incroyable. La foule est en délire. Le public en redemande. Une telle formation intervenant dans un festival, c'est du jamais vu ! L'instant est mémorable. La réaction du public n'échappe pas aux professionnels de la chanson qu'ils sont. Ailleurs, ils entonnent "O sole mio". Jean-Jacques Goldman enregistre avec eux son album "Rouge". Les plus grandes voix du monde font tout leur possible pour collaborer avec eux.

Sous la houlette de leur producteur français, ils vont rencontrer le plus grand succès d'audience, que ce soit sur disque ou lors des tournées. 


Le public suit, électrisé. Les Chœurs de l'armée rouge sont magiques. Aucun répertoire ne peut leur résister. Mieux, ils peuvent les remodeler à leur guise.

Devant eux, un nouveau public s'offre. Et, les chœurs sont prêts à les satisfaire.

Les artistes du monde entier veulent enregistrer avec eux. Comme si leur simple collaboration pouvait transformer n'importe quelle chanson en chef d'œuvre

En 2016, c'est le drame, le Général et Chef d'Orchestre qui les dirige (Valery Khalilov) trouve la mort dans un terrible accident d'avion le 25 décembre, entouré de 64 membres de son ensemble ! Faisant face à cette terrible épreuve, le Colonel Gennady Sachenyuk est nommé à la tête de l'ensemble. Ce chef d'orchestre charismatique va relever le défis ! Il recrute les plus voix de Russie qui rejoignent ainsi le reste de l'ensemble. Depuis, les Choeurs de l'Armée Rouge n'ont de cesse que de ce produire à travers le monde, célébrer leurs morts, réjouir les vivants. 


Les Chœurs de l'Armée Rouge ont marqué le vingtième siècle. Ils ont su s'adapter à chaque période, chaque soubresaut de l'histoire. Nul doute qu’ils seront un des acteur majeur de la musique populaire de ce XXIème siècle naissant !

Plus de détails...

  

Ce chœur d’hommes touche directement l’âme de chaque spectateur. La haute technicité de ce choeur encore et toujours le plus célèbre au monde et la musique de leur incomparable orchestre, font de leurs spectacles des moments inoubliables. 

Leur nouveau chef d'orchestre